Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog consacré à Lupin III

TV Spécial 1 : Goodbye Lady Liberty

Voilà donc le premier de la série des 21 TV spéciaux consacrés à Lupin III, après la fin de la série 3... Plutôt que de lancer une quatrième série, les producteurs décident de se tourner vers le grand format. Chaque année, les fans ont donc droit à leur téléfilm. Ils sont de qualité inégale, notons-le bien...
Inaugurons donc la série avec le premier des quatre TV Spéciaux réalisés par le regretté Osamu Dezaki. Et franchement, ça démarre pas mal.

 vlcsnap-2011-05-24-22h25m29s202.png

 

Résumé 

Au quartier général d'Interpol, à Paris, Lupin tente de dérober tous les dossiers le concernant en se faisant passer pour Zenigata. Déprimé de constater que sa tâche est vaine, le cambrioleur décide de prendre sa retraite. C'est à New-York que Jigen, venu lui proposer un dernier coup, le retrouve. Lupin refuse, mais les choses vont se précipiter... Et voilà Lupin obligé de reprendre du service. 
Et voilà qu'entre en scène Michaël, un gamin très doué en informatique, venu pour présenter une requête à Lupin...
Entre l'Oeuf Royal, un diamant gros comme un oeuf de dinosaure, un super virus informatique et l'organisation des Trois Maçons, l'aventure est au rendez-vous ! 

 

Infos générales (et autres trucs inutiles)

Le film a été réalisé en 1989 par Osamu Dezaki, malheureusement décédé le 17 avril dernier. Titre japonais Rupan Sansei : Bai Bai Ribatii - Kiki Ippatsu !

Dezaki a ainsi réalisé les quatre premiers TV Spéciaux, ainsi que le septième, qui sont de qualité inégale, mais nous en reparlerons dans les prochaines critiques... Il a aussi travaillé sur les storyboards de la première série Lupin, sur les épisodes 3, 7, 13 et 17. 

Du côté du casting, pas de surprise... Les seiyuus habituels sont là. Si vous regardez les TV Spéciaux après vous être fait les six films, vous retrouverez avec joie la voix inimitable de Yasuo Yamada sur celui-ci !

En VF, par contre... C'est Mangavidéo qui édite, et comme la VF est basée sur la version anglaise, on retrouve sans aucun plaisir le patronyme Wolf sur notre Lupin. Non, on n'aime pas, pas du tout. Heureusement pour nous, c'est la seconde et la dernière fois qu'on entendra ce nom sur notre cambrioleur préféré. 

Pour les voix françaises, je ne peux hélas pas vous fournir le casting complet, les crétins en charge de l'édition française ont trouvé malin de garder le casting anglais sur le générique... 

  • Goemon : Patrick Béthune
  •  Zenigata : Jacques Albaret
J'ai la chance de posséder le DVD, je vais donc conclure cette partie avec ça.... Et il y a de quoi être déçu. Une jaquette assez moche dans un simple boîtier Amaray (la fan de Jigen que je suis apprécie beaucoup le verso, qui a bien plus de gueule !), de pauvres bonus remplis d'erreurs et de fautes d'orthographe (si si !), et un résumé à se rouler par terre de rire. Savez-vous ce qu'on y trouve, pour désigner notre Lupin ? Le nom Cliff Hanger ! Comment voulez-vous ne pas égarer votre public avec ça ? Et en sus, ils présentent les deux épisodes du TV Spécial comme une série. 
Mais que cela ne nous empêche pas d'apprécier le film...

Premières impressions

Au secours ? (la faute à la VF)
 
vlcsnap-2011-05-24-23h08m27s125.png
[ Un des fameux effets Dezaki. Magnifique, n'est-ce pas ? ]

La critique

Sans surprise, le film s'ouvre sur une course-poursuite entre Zenigata et Lupin. On a droit à un face à face savoureux entre les frères ennemis, qui se conclut de façon très drôle. Oui, un trèèès bon début.
On ne tardera pas à découvrir que ça bouge beaucoup, et l'intrigue ne souffre d'aucun temps mort.Tout se goupille parfaitement bien, pour une très bonne fluidité d'intrigue. On passe d'une scène à l'autre sans problème, que du contraire, cette manière de mener le film le rend très agréable à suivre, et pas le temps de s'ennuyer. Il y a de l'action à foison, et cela dès le départ. Parfait pour entrer directement dans l'intrigue !
On découvre aussi les fameux effets d'image Osamu Dezaki, ici parfaitement efficaces, et un vrai plaisir pour les yeux.

C'est aussi l'occasion de découvrir un chara-design qui n'est pas sans rappeler Le Secret de Mamo. Mais si la VF a essayé de se rapprocher du doublage de 1980 (hypothèse purement personnelle, allez savoir...), force est de constater que c'est raté, et bien raté au niveau des voix. Celle de Lupin est atroce, tout simplement irritante, et on meurt d'envie de switcher vers la VOST après deux phrases. Ce que je vous conseille... 
On a également collé à Goemon une voix qui lui convient peu, style beau gosse hautain, mais il sonne encore assez juste sur quelques répliques. Jigen, par contre, est très classe ! La seule voix française vraiment valable du casting, elle est là ! 
Fujiko est passable, Zenigata un peu moins, et pour le jeune Michaël, c'est également une bonne surprise. Bonne voix et ton juste, parfait !
Du côté des méchants, ça passe également très bien.

Sans atteindre le niveau de l'excellent Hemmingway Papers qui suivra un an plus tard, on constate un certain individualisme chez les personnages. Lupin est seul dès l'intro, on trouve Jigen avec un autre partenaire, Goemon se balade en électron libre dans le monde entier pour sa quête spirituelle... On retrouve cependant assez vite notre duo préféré.
Chacun a cependant son but. Jigen, la vengeance, Goemon, sa quête, et Lupin, en outre sa volonté d'effacer toutes les données le concernant dans les fichiers de la police, une presque obligation de reprendre du service à cause de l'énorme découvert bancaire causé par sa dernière copine en date... 
Le ton est assez adulte, là-dedans. Et on apprécie.
En moins de dix minutes, chaque personnage a été introduit individuellement, et on connaît plus ou moins leur but. C'est positivement remarquable parce qu'on ne verra ça nulle part ailleurs !

L'organisation des Trois Maçons

On a droit à un beau, un vrai méchant, à la tête d'une organisation qui ne rêve que de conquérir le monde à coups de virus informatique. En fait, il faut prendre l'organisation en entier en tant que méchant. Chacun des protagonistes là-dedans est intéressant, ce qui donne un cocktail plutôt... explosif !
  • Le vieux moche : le grand patron, qui donne les ordres et qui fiche la trouille, mais qui donne envie à ses subalternes de l'assassiner. On note la progressive révélation de sa figure au fil des scènes... Ce qui est très bien amené. Adepte de magie noire et à l'haleine surpuissante. Beuark. 
  • Jimmy : alias numéro 3, il est lâche, servile, retors, et mégalo. Le sous-fifre par excellence qui révèle une âme plus noire que le charbon. Le personnage se révèle être un vrai salaud. 
  • Isabella : alias numéro 2, ou Fujiko bis, vu sa propension à trahir. Un personnage tout en nuances, néanmoins, et positivement intéressant.
Isabella est la Lupin's girl du film, et les trois hommes semblent tous sous le charme... Ce qui donnera des scènes très drôles où ils se la disputeront presque littéralement (surtout Lupin, bien évidemment, qui meurt d'envie de la piquer à Goemon. Jigen a l'air de s'en foutre royalement, au final).

Un soupçon de magie noire agrémente le tout, et une analogie assez amusante entre cette magie et l'informatique est faite... Ce qui n'est pas si idiot que ça, remarquez.

Les personnages sont très bien exploités, chacun à leur manière. Fujiko, infiltrée chez le vilain à sa manière habituelle, est moins présente à l'écran, mais chacune de ses apparitions est redoutable d'efficacité. Goemon et Zenigata également sont un peu moins présents, mais on constate que pour les trois personnages, chacun a droit à sa scène en guest, ce qui est très appréciable, et somme toute, on n'a pas l'impression d'une sous-exploitation. 

Toute l'émotion est amenée par Michaël, en quête de sa mère. Visiblement, il touche beaucoup Lupin et Jigen, ce qui nous révèlera le côté protecteur du gunman... Au contraire de la petite Julia dans Die ! Nostradamus, lui ne fait pas son âge, et c'est assez agréable de suivre un gamin qui semble avoir une réelle consistance, et un passé visiblement douloureux. Somme toute, un jeune personnage très intéressant. 

On a droit à un final explosif, une déferlante d'images, de couleurs et de tension, puisque le sort du monde est entre les mains de Michaël ! Un final qui se conclut sur une touche d'émotion, renforcée par l'ending, Endless Twilight, morceau calme sans être mélancolique. On peut également constater que Dezaki a réussi le tour de force de réunir tout le monde pour le grand final... 

L'humour est bien présent, par petites touches discrètes, et surtout amené par le biais de Zenigata.

La musique est excellente, oscillant entre morceaux jazzy, parties plus angoissantes (le morceau exécuté à la basse tandis que Jigen shoote les méchants est complètement génial !) et morceaux plus calmes amenant l'émotion. L'OST reprend strictement ce qui est contenu dans le film, à ce niveau...


Bref, un Lupin vraiment excellent, dommage que les voix de la VF le gâchent à ce point... Heureusement pour nous qu'il existe la VOSTFR. 

Les cadeaux bonus 

Pour les fans de Jigen. Profitez-en, c'est pas souvent qu'on le voit rougir, le gunman... Et sans chapeau s'il vous plaît !

vlcsnap-124868.png
Le truc absurde et alakon : 
Vous savez ce qu'on entend, dans la VF ? Jimmy, à un moment donné, dit :
" Satané Cliff !
Oui, oui, on parle bien de Lupin. Notez que cette réplique n'apparaît pas dans la version anglaise... Ils sont doués.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article